Monsieur Bonhomme et les incendiaires

20160908_210118

Monsieur Bonhomme et les incendiaires

de Max Frisch

Mise en scène: Véronique Ros de la Grange

du 20 septembre au 9 octobre 2016

Théâtre Alchimic 10 avenue Industrielle 1227 Carouge
mardi et vendredi à 20h30, mercredi, jeudi, samedi et dimanche à 19h

Les incendies criminels se multiplient dans la ville. Théodore et Babette Bonhomme, dans un déni absolu de la catastrophe annoncée, en proie à la cécité qui les précipitera à leur anéantissement ridicule et tragique, finiront par fournir les allumettes aux incendiaires qui détruiront leur maison et toute la ville. On a beau faire, la connerie humaine restera à jamais inextinguible…

Quand on a encore plus peur du changement que du malheur, comment éviter la malheur? Max Frisch

Monsieur Bonhomme et les Incendiaires est une comédie satirique qui montre que la peur de perdre nos acquis est pire que la mort. La catastrophe plane sur la ville. Des incendiaires s’infiltrent dans les maisons bourgeoises et y boutent le feu. Tous les jours une autre maison flambe, mais Théodore Bonhomme ne veut pas voir car il ne veut pas changer. La catastrophe n’est pas pour lui, elle n’arrivera qu’aux autres.

Dans cette comédie burlesque un chœur des pompiers annonce le malheur. Comme dans la tragédie antique, ce chœur représente la voix de la cité, dans laquelle les spectateurs peuvent se reconnaître. Mais le rôle de protecteur, de garant de la cité — habituellement assumé par le chœur antique — se trouve ici battu en brèche par des pompiers impuissants, qui ne peuvent que constater l’ampleur du désastre.

« Ce chœur, et son impuissance, m’a toujours fait penser aux braves pompiers qui eux aussi ne peuvent rien faire avant que l’incendie éclate et alors, dans la tragédie antique comme dans le monde d’aujourd’hui, il est déjà trop tard » Max Frisch

Avec Monsieur Bonhomme et les Incendiaires Max Frisch nous invite à porter un regard neuf, drolatique et légèrement désabusé sur les dérèglements de nos sociétés occidentales où règne la surenchère sécuritaire.
Finalement, le voile superficiel qui nimbe nos sociétés d’une apparente pureté paraît bien mince et risque, en se déchirant, de laisser apparaître quelques démons enfouis.

Véronique Ros de la Grange qui signe la mise en scène a réalisé à l’Alchimic celle de Balkabazar sur des textes des Balkans en 2010 et Vladimir de Matjaz Zupancic en 2013.

Mise en scène: Véronique Ros de la Grange
Collaboration artistique: Jacques Michel
Avec:
Doris Ittig
Anne-Laure Luisoni
Jacques Michel
Pierre Miserez
Ninon x Ninon
Claude Vuillemin
Musique et son: Ninon x Ninon
Lumière: David Kretonic
Costumes : Emilie Revel
Maquillage: Françoise Chaumayrac
Adaptation et traduction: Véronique Ros de la Grange

Administration et promotion: Anna Ladeira

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s